Joe Dator, Fake News, 2016

Fake news, les sciences humaines à l’ère post-factuelle

Actualité critique européenne, Prague
25 janvier 2018

Première séance 2018 du séminaire interdisciplinaire Actualité critique européenne de l’École normale supérieure (voir infra), organisée en partenariat avec le CEFRES et l’Université Charles, avec le soutien de l’Institut français de Paris.

Lieu : Institut français de Prague, 5e étage
Horaires : 17h30-19h30
Organisateurs : Clara Royer, Ondřej Švec (Faculté des lettres de l’Université Charles), Frédéric Worms (ENS Ulm)
Langue : anglais
Ouvert au public – et en duplex avec l’ENS Ulm

Intervenants

  • Jakub Jirsa, philosophe et directeur du département de philosophie et des sciences religieuses, spécialiste en philosophie politique ; éditeur de l’ouvrage collectif Idea university (Prague, 2015). Voir ici l’argument de son intervention.
  • Václav Štětka, sociologue (Loughborough University), directeur du groupe de recherche sur la communication politique (PolCoRe), auteur de « The Rise of Oligarchs as Media Owners ». Media and Politics in New Democracies. Europe in a Comparative Perspective. Oxford 2015; « The Powers That Tweet: Social Media as News Sources in the Czech Republic » (avec R. Hladík), Journalism Studies, 2015. Voir ici l’argument de son intervention.
  • Ondřej Švec, philosophe, auteur du projet La Rationalité et les pratiques d’argumentation dans l’espace public et éditeur (avec J. Čapek) de l’ouvrage Pragmatic Perspectives in Phenomenology (Routledge, 2017). Voiri ici l’argument de son intervention.
  • Frédéric Worms, philosophe, directeur adjoint de l’École normale supérieure de Paris, directeur du Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine et membre du Comité consultatif national d’éthique, auteur des 100 mots de la République (PUF, coll. « Que sais-je ? », 2017) Voir ici l’argument de sa contribution.

Argument

À une époque où les forums Internet et les réseaux sociaux commencent, pour une large partie de la population, à constituer la première source d’information, suppléant au rôle des médias plus traditionnels tels que la presse, la radio et la télévision, le débat public est caractérisé toujours davantage par la conflictualité des échanges, d’autant plus qu’une partie des représentants politiques pratiquent une prise de parole intempérante et « excluante » qui ne vise pas au consensus, mais à l’humiliation de l’adversaire ou de l’ennemi présumé.

La dégradation du débat public qui en résulte (et qui se manifeste par l’accroissement des violences verbales et physiques dans nos sociétés, l’abstention aux élections et une méfiance généralisée des citoyens envers la représentation politique) représente un défi auquel le monde académique doit répondre en proposant à la fois de nouveaux instruments d’analyse discursive et de nouvelles formes d’intervention dans l’espace public, capables de faire face aux mésusages de l’information. Nous nous intéresserons, tant aux moyens disponibles pour mieux analyser et comprendre les dangers spécifiques de la circulation de vérités dites alternatives ou d’arguments simplificateurs, qu’aux responsabilités des chercheurs en sciences humaines face à cette masse de fausses informations qui circulent sur la toile. Quel rôle les sociologues, politologues, historiens ou philosophes ont-ils à assumer à l’ère qualifiée de post-factuelle ?

Voir sur le sujet pour lancer la discussion :

Revoir le débat (vidéo intégrale)
Télécharger le compte rendu (PDF)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *